(DOCU) Le réseau Gladio et les crimes de l’OTAN

Ce documentaire se concentre sur les opérations du réseau Gladio dans l’Italie et l’Allemagne des années 1960 à 1980.

Créés par les États-Unis pour barrer la route au communisme en Europe, des groupes clandestins en vinrent à soutenir des intérêts fort peu démocratiques.

L’organisation secrète Stay Behind, rebaptisée plus tard Gladio, le « glaive », a vu le jour en 1948 à l’initiative des États-Unis. Ses agents devaient être prêts à effectuer des missions d’espionnage et à commettre des actes de sabotage en cas d’offensive soviétique. Celle-ci n’ayant finalement pas eu lieu, ce sont les intérêts politiques des gouvernements de droite voire de groupes d’extrême droite que Gladio s’attache à défendre. Des contacts existent avec les différents services secrets nationaux, à l’abri de tout contrôle parlementaire.

C’est le Shape (commandement militaire de l’OTAN en Europe) qui assure la coordination.

Les attentats de la piazza Fontana à Milan en 1969, celui de la gare de Bologne en août 1980, puis celui de la Fête de la Bière à Munich, quelques semaines plus tard, furent attribués à des anarchistes ou à l’extrême gauche. On saura plus tard qu’ils étaient l’œuvre de l’extrême droite. Il a fallu attendre le 3 août 1990 pour que le Premier ministre italien, Giulio Andreotti, révèle l’existence du Gladio et ses ramifications en Europe.

À ce jour, il reste impossible d’avoir accès aux archives de l’OTAN et des services secrets concernés pour en savoir plus sur les agissements du réseau…

Documentaire sur ARTE : « Le Réseau Gladio – Armée sécrète d’europe »

Publicités