« Brzezinski, Obama, l’islamisme et la Russie » (1ère partie), par Bruno Adrie

In cauda venenum

Le 25 août 2007, le candidat à la présidence des Etats-Unis Obama avait reçu le soutien du Docteur Zbigniew Brzezinski, contre la candidature d’Hillary Clinton au prétexte (officiel) que le fait d’avoir été première dame ne préparait pas à devenir présidente. Après deux mandats républicains qu’il avait fortement critiqués, ce docteur proche de David Rockefeller avait affirmé que l’Amérique avait besoin d’un nouveau visage et d’une nouvelle définition de son rôle dans le monde. L’Amérique d’Obama qu’on voyait poindre allait-elle donc respirer, rejeter les choix aberrants de l’orgueilleux et incompétent Donald Rumsfeld, qualifié de « désastre américain » par son biographe Andrew Cockburn, retirer ses troupes d’Afghanistan et d’Irak et remplacer ses invasions par un dialogue multilatéral avec les Rogue States, les Etats Voyous, qui refusent obstinément d’ouvrir leurs frontières aux forces de l’OTAN et leurs porte-monnaie au coup de vent démultiplicateurs des banques et des fonds d’investissement de Wall Street? Quelque chose dans le genre…

View original post 1 167 mots de plus

Publicités