La transcendance en face de la science : Notre existence a-t-elle un sens ?

Ramadan

” Je n’ai pas créé le ciel et la terre et tout ce qu’il y avait entre ces deux éléments sans aucun but. C’est l’opinion que tiennent les mécréants. ” (Coran : Sourate Sad: 27).

Le mois de Ramadhan  est un moment privilégié pour le musulman pour faire son introspection et s’interroger sur le sens de la vie Au-delà de la dictature du temps et de l’addiction à l’éphémère ce mois de jeûne est aussi un exercice sur la maitrise de soi. Durant tout le mois de ramadhan. Toutes les religions à des degrés divers connaissent des fièvres millénaristes . On a beau dire que le choc des civilisations basé  sur les religions est en marche, il est patent que dans la réalité ; si le fait religieux est mis en première ligne c’est surtout le néo-libéralisme  prédateur  et la mondialisation –laminoir qui en retirent les bénéfices.

A titre d’exemple, on croit que le Christianisme est toujours belligène, il n’en est rien ! Les églises se vident et comme l’écrit avec une pointe d’amertume  Jacques-Yves Rossignol  décrivant, le traitement académique du christianisme : « Le discours sur la fin du religieux apparaît nettement comme un pur jeu verbal entre intellectuels, philosophes ou « théologiens ».  Pour une très petite fraction de la population, mais évidemment très influente, la religion est devenue ce pur jeu intellectuel. En petit comité, ce gens s’avoueront croyants le matin, sceptiques l’après midi, dévots le soir, libertins le weekend Ensuite, on peut aller plus loin et poser l’hypothèse que ce « jeu théologique généralisé » est le lieu où s’invente l’idéologie religieuse nécessaire au capitalisme avancé, c’est à dire une religiosité fabriquée sur mesures pour la défense du capital à son stade actuel. (….)   En effet pourquoi construire cette néo-morale nécessaire au mondialisme sur une table rase ? Il y a une gigantesque tradition, quasi moribonde, à récupérer, à bricoler et à adapter : çà s’appelle le catholicisme (…) » (1)

Les grandes questions qui font débat scientifique

Qui sommes-nous ?, D’où venons-nous ?, Où allons-nous ? Et Dieu dans tout çà ? Si Dieu m’a créé qu’attend-il de moi ? Sommes-nous seuls dans l’univers ?    Mise à part cette idée de l’éternité de l’existence de l’univers, les matérialistes avancent qu’il n’y a ni but ni finalité dans l’existence de celui-ci. Ils insistent sur le fait que tous ces équilibres, ces ordres et cette harmonie sont le fruit d’une pure coïncidence. Cette “coïncidence” due au hasard  est également avancée pour expliquer l’apparition des êtres humains sur Terre. La théorie de l’évolution, communément appelée Darwinisme, est une autre conséquence du matérialisme.

Commençons par rappeler les deux affirmations matérialistes concernant la création de l’Univers. Premièrement, l’Univers existe depuis une éternité et, puisqu’il n’a ni début ni fin, il n’a pas été créé. Deuxièmement, tout ce qui constitue l’Univers n’est que le fruit du hasard et n’est en aucun cas le produit d’une conception volontaire, d’un plan d’agencement ou encore d’une vision précise. Les scientifiques sont aujourd’hui certains que l’univers a vu le jour à partir du néant à la suite d’une explosion reconnue sous le nom de “big-bang “. En d’autres termes, la science tente de nous expliquer comment l’Univers a vu le jour après le « mur de Planck », soit  10-43 seconde, avant c’est pour la science , le mystère, d’autant que ,comme nous allons le montrer est incapable de nous expliquer- est –ce bien son rôle ?-  pourquoi cette chaîne causale des évènements réglés comme du papier à musique ?

Ce que disent les religions

On sait que pour  la science expérimentale, classiquement définie, seul le savoir objectif, soigneusement détaché de la façon dont les individus l’interprètent, peut avoir un sens. Les religions révélées font une place de choix à la création de l’univers.  Aussi bien , la Bible que le Coran indiquent les étapes de la création. Naturellement, une lecture littérale   laisse le mystère entier. Cependant  plus, à trop vouloir faire concorder les données objectives de la Science « actuelle », -mais qui évolue constamment- avec les écritures saintes, ferait apparaître des « concordances » qui n’en seront plus , au fur et à mesure que la science avance. Pour le bouddhisme au contraire l’expérience subjective et immatérielle est première. Ceci veut dire qu’il peut y avoir autant de visions du monde qu’il y a de sujets pensant et méditant.

Pour les croyants notamment  des religions révélées, il est  erroné de penser que l’univers ait été créé en vain. Une philosophie telle que le matérialisme, ainsi que toutes les conceptions basées sur celles-ci, étaient inévitablement vouées à l’échec  La multitude de questions que le commun des « mortels » se pose à un moment de sa vie. Fait sens  Un philosophe, comme Jean Grondin, en parle comme d’une « pensée essentielle », fondant la philosophie, et qu’il résume ainsi : « Que faisons-nous ici, pourquoi et pour qui sommes-nous là, que devons-nous, que pouvons-nous y faire, que nous est-il permis d’espérer ? »  . Selon certains philosophes, cette interrogation serait même inhérente à l’être humain.    Si la religion puis la philosophie se sont inlassablement penchées sur cette même question, les réponses qui lui ont été données sont diverses.  Qu’il se questionne ou non, l’homme cherche à laisser sa trace sur Terre, travaille à la protection et l’éducation de sa descendance, veut se sentir utile, cherche à repousser la souffrance et la mort, et à accéder à une existence supérieure (sociale ou religieuse). Mais c’est la conscience de sa mortalité qui le pousserait à se questionner, rendrait l’existence « humaine » et, selon Max Frisch, en ferait même « une aventure » . (2)

Du monde quantique de l’infiniment petit  aux amas de galaxie,  l’intelligence humaine   a le vertige dans cet univers tellement surprenant et mystérieux qui invite à l’humilité.    Et cela relativise tout sur notre perception de notre monde et de nous même   Nous avons   une place « extrêmement privilégiée » dans l’Univers !!     Incroyable que notre Univers est magnifique et certains pensent que le Créateur n’existe pas! Il est vrai  l’intime conviction de beaucoup : il existe quelque chose qui ressemble à un créateur.  Einstein disait : « un esprit, une intelligence infiniment supérieur à celle de l’homme se manifeste dans les lois de la nature ». (3)

De Aristote à Einstein on pensait que l’univers n’avait pas de commencement, il a toujours été, fixe, éternel. Puis d’un seul coup   on se rend compte que l’univers est en expansion, qu’il a eu un commencement. Pourtant Einstein a toujours réfuter cette supposition de l’expansion de l’Univers jusqu’au jour ou  Hubble s’aperçoive que les  galaxies   s’éloignent les unes des autres   Einstein ne voulait pas l’admettre  c’est pour cela qu’il avait coller une constante dans ses calculs pour éliminer cette expansion ceci bien sûr avant la découverte de Hubble et Einstein avait dit à propos de cette constante ” C’est la plus grande erreur de ma vie”!!   (3)

Le principe anthropique

Le principe anthropique est un principe selon lequel, puisque des êtres sapiens tel que l’humain (anthropos en grec) existent, l’univers est nécessairement compatible avec leur existence La création de l’univers est-elle le fruit du hasard et non le résultat d’une conception volontaire ?. Les recherches menées depuis 1960 ont   démontré que tous les équilibres physiques  aussi bien ceux régissant l’Univers en général que ceux propres à notre Terre  ont été minutieusement conçus de manière à rendre la vie possible. Des recherches approfondies comme celles qui ont menées aux lois de la physique, de la chimie et de la biologie, ainsi que les forces fondamentales telles que la gravité ou l’électromagnétisme et jusqu’aux détails de la structuration des atomes et des éléments de l’Univers, furent tous élaborés dans une juste mesure pour permettre la vie des êtres humains.  Aujourd’hui,  certains scientifiques appellent cette élaboration extraordinaire le “principe anthropique”: ce principe stipule que tout ce qui existe dans l’Univers, jusqu’au plus petit détail, est soigneusement arrangé pour rendre la vie humaine possible. D’autres , émules de Jacques Monod, s’en  tiennent au hasard. La science parait de plus en plus modeste au fur et à mesure qu’elle s’enfonce dans le mystère (4)

Quelques  faits scientifiques  et « l’impossibilité du hasard »

On sait qu’il existe une vingtaine de constantes physiques réglées à plusieurs décimales et il est prouvé que la défaillance d’une décimale, ne permettrait pas l’avènement de la terre et partant de la vie. Nous allons énumérer, sans être exhaustif ; quelques anomalies qui ne peuvent pas s’expliquer par le hasard. Ainsi  Pierre Périer spécialiste de la modélisation a calculé la probabilité d’obtenir « par hasard » certaines protéines qui constituent les briques fondamentales de la vie en estimant le nombre maximal de collisions ayant eu lieu dans l’océan primordial où est apparue la vie. Chaque protéine est constituée de 20 acides aminés. Or, il existe plus de 2 milliards de milliards de façons de placer 20 entités le long d’une chaîne. Sa conclusion est que, quel que soit le chemin emprunté, la réalisation des différentes probabilités demande plus de temps que l’âge de la Terre (4 milliards d’années)   (4)

Notons que selon Harold Morowitz  et Mickael Denton   pas moins d’une centaine de protéines seraient indispensables à la survie et à la reproduction d’une cellule ‘’primitive’’ (5 pour synthétiser les corps gras, 8 pour l’approvisionnement en énergie, 10 pour la synthèse des nucléotides de l’ARN et de l’ADN et 80 pour synthétiser ses protéines). Ainsi, l’hypothèse d’une création « par hasard » d’une cellule primitive vivante comportant non pas 1 mais 100 protéines semble bien improbable étant donnée la complexité des schémas mis en jeu. [Remarque : Le raisonnement de Pierre Périer est basé sur l’obtention « par hasard » de toutes les combinaisons possibles des 20 acides aminés.  (4)

La position de la Terre et son environnement dans l’univers  Si la Terre n’était pas sur le bord de la galaxie mais en son centre, les astronomes auraient été incapables de voir la galaxie dans laquelle nous nous trouvons et le reste de l’univers. Si le soleil n’était pas à mi-chemin du bord de la galaxie et entre ses deux bras en spirale, les êtres vivants soit auraient été victimes de radiations dangereuses et de poussières de comètes (plus près du centre ou d’un des bras) soit n’auraient pas existé du tout par manque de matériaux lourds pour construire la vie (plus éloigné du centre ou d’un des bras) De plus, la distance du soleil entre les deux bras de la galaxie demeure constante, lui évitant d’être aspiré par un des bras  Si la distance moyenne entre les étoiles dans notre galaxie était différente de ce qu’elle est, la vie aurait été impossible : plus grande, les produits des explosions des supernovae auraient été tellement diffus que les planètes n’auraient pas pu se former. Plus petite, les orbites des planètes auraient été déstabilisées  (4)

L’hypothèse  d’un  accordeur transcendant

Pour Jean Staune philosophe des sciences ayant dirigé des ouvrages auxquels de nombreuses personnalités scientifiques (dont 11 prix Nobel)   la science pose ouvertement la question du sens. Interviewé par le figaro Magazine il livre ses idées que nous résumons : « (..) J’ai envie de vous répondre par une histoire. Vous êtes devant un peloton d’exécution et vous devez logiquement mourir. Mais vous êtes toujours vivant après les détonations. Quelle est votre première réaction ? Vous vous dites que vous avez eu un coup de chance extraordinaire. Dans le peloton, un des tireurs a été piqué par une mouche, un autre a oublié ses lunettes, ils ont tous tiré à côté ! Puis s’impose à vous l’idée qu’une telle chance n’est pas possible – sauf s’il y avait des milliards de pelotons d’exécution, auquel cas, l’un d’entre eux pourrait rater sa cible. Il a dû y avoir un complot. Le parti de la résistance auquel vous appartenez a soudoyé les tireurs pour tirer à côté. Dernière possibilité : un ami s’est glissé dans l’armurerie, il a échangé les balles contre des balles à blanc. Avec cette histoire, vous avez un bon résumé des hypothèses sur la création de l’Univers ».(5)

« Tout commence avec un principe appelé anthropique, les scientifiques se sont rendu compte que si l’on change quoi que ce soit dans les constantes fondamentales de l’Univers, aucune forme de vie et encore moins de conscience ne peut s’y développer. Face à cette découverte, que personne ne conteste, il n’y a que les trois solutions que je vous ai décrites avec mon histoire. Première solution, il existe des milliards d’univers parallèles et statistiquement l’un d’entre eux a pu « gagner au loto », créer la vie en ayant juste la bonne vitesse d’expansion, la bonne gravitation, la bonne masse du proton, etc. La deuxième solution, c’est celle du complot où l’on a payé un à un les tireurs pour qu’ils ratent leur cible : un principe créateur a effectué un réglage fin de toutes les constantes fondamentales de notre Univers pour qu’il soit ce qu’il est. Enfin, la troisième solution, c’est qu’il existe une théorie d’unification expliquant la valeur de toutes les constantes fondamentales de l’Univers (ce qui correspond à l’hypothèse des balles à blanc : il y a une cause commune à l’échec des tireurs)… Stephen Hawking défend les première et troisième options ».(5)

Dans Une brève histoire du temps, Stephen Hawking reconnaissait que s’il existait une théorie du Tout, le problème se poserait de savoir «ce qui a insufflé le feu aux équations», c’est-à-dire qui a mis les balles à blanc dans l’armurerie ? L’existence éventuelle d’une théorie de grande unification ne suffit pas à éliminer la question d’un créateur. Par contre, s’il y a une infinité d’univers parallèles, alors oui, l’hypothèse d’un créateur n’est plus utile.   (…)  C’est la science elle-même et non la théologie qui pose la question de l’existence d’un créateur. Comme elle n’impose aucune des trois réponses que nous avons décrites ici, il est antiscientifique d’affirmer que la science permet de se passer d’un créateur » (5)

« Qui a mis le feu aux équations » s’écriait Stephen Hawking ? Pourquoi les scientifiques  sont divisés sur un sujet qui ne les regarde pas  à priori ? L’accordeur transcendant  qui remplacerait le hasard.  Pourtant des scientifiques renommés à l’instar du cosmologiste Trinh Xuan Thuan sont intrigués par ce réglage céleste. Il écrit, la précision de ces constantes s’apparente à celle d’un archer qui arrive à placer une flèche dans une cible de 1m2 à l’autre bout de l’univers. Pour nous le monde n’a pas été créé par hasard. ” Je n’ai pas créé le ciel et la terre et tout ce qu’il y avait entre ces deux éléments sans aucun but. C’est l’opinion que tiennent les mécréants. ” (Coran : Sourate Sad: 27).  Tout est dit.

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique enp-edu.dz

1. Jacques-Yves Rossignol http://metamag.fr/metamag-2153-SECULARISATION-ET-DECHRISTIANISATION-La-fin-du-religieux–.html

 2.Le sens de la vie Encyclopédie Wikipédia

3.http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3957_infiniment-petit-grand-echelle-univers.php

4.Principe anthropique Wikipédia, l’encyclopédie libre.

5.Christophe Doré 21/02/2011   http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2011/02/19/01006-20110219ARTFIG00573-jean-staune-l-hypothese-d-un-createur-est-scientifique.php

Publicités