« Nous sommes avec Israël, contre l’Iran », reconnaît le prince Saoud Al-Walid Ben Talal Ben Abdel Aziz

sabbataï

À quoi d’autre pouvait-on s’attendre de la part de Sabbataïstes ? Ils ne s’en cachent même plus ; la famille royale a fait le choix honteux de s’allier à Israël contre des coreligionnaires, sous prétexte que ces derniers sont chiites, comme si les Chiites étaient des demi-musulmans. Belle leçon de solidarité islamique ou plutôt belle démonstration d’appartenance au Sabbatao-frankisme.

Le prince saoudien Al – Walid Ben Talal Ben Abdel Aziz, petit-fils du roi Ibn Saoud, fondateur de l’Arabie saoudite. a déclaré que «l’Arabie saoudite, les Arabes et les musulmans sunnites approuvent une attaque israélienne contre l’Iran pour détruire son programme nucléaire», précisant que «les sunnites appuieraient une telle attaque car ils sont hostiles aux chiites et à l’Iran». Dans une interview accordée à la chaîne de télévision économique américaine Bloomberg, le prince Al – Walid, homme d’affaires et milliardaire, a indiqué que «l’Arabie saoudite, les Arabes et les musulmans sunnites n’affirment pas ce soutien publiquement mais ils l’expriment lors de rencontres secrètes», insistant sur le fait que «les Arabes estiment que le danger auquel ils sont confrontés vient de l’Iran et non pas d’Israël».

« Obama, une marionnette »

Le prince saoudien a lancé des critiques acerbes contre le président Barak Obama, qu’il a qualifié de «marionnette entre les mains de l’Iran à un tel point qu’il fait honte au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu». Selon le journaliste américain qui a recueilli l’interview, Jeffrey Goldberg, le prince Al – Walid aurait déclaré: «Nous et les Israéliens sommes concernés pas cette question et sommes inquiets. Les dirigeants d’Israël et d’Arabie saoudite s’inquiètent du fait qu’Obama prend de plus en plus le parti de l’Iran. Le président américain n’a besoin que de quelques semaines pour permettre à Téhéran de fabriquer la bombe atomique. L’Iran va profiter de ses négociations avec les grandes puissances pour obtenir une levée partielle des sanctions sans qu’elle ne s’engage à mettre un terme à son programme nucléaire». Al – Walid Ben Talal a estimé que Barak Obama est confronté à «un grave problème politique et il a besoin d’une victoire quelconque pour redresser sa présidence. Il faut que les pressions exercées sur lui se poursuivent». Le prince s’est moqué de l’appel téléphonique qui a eu lieu entre Obama et son homologue iranien Hassan Rouhani, affirmant qu’«il ne vaut rien». Au sujet de la Syrie, Al – Walid Ben Talal a déclaré: «Vous pensez qu’il n’y a plus d’armes chimiques en Syrie? Celui qui en a fabriqué la première fois peut en fabriquer encore». Il a par ailleurs conseillé à Israël de faciliter l e processus de paix avec les Palestiniens «car cela nous aidera à isoler l’Iran et à affaiblir le Hezbollah».

(Al Akhbar in Médiarama)

Lire aussi :

LA PREUVE, SOUS VOS YEUX, QUE L’ARABIE SAOUDITE N’EST PAS MUSULMANE !

L’ISLAM, LE PÉTRODOLLAR ET AU-DELÀ, PAR SHEIKH IMRAN HOSEIN

LES PALADINS DE L’ANTITERRORISME

Publicités