La preuve, sous vos yeux, que l’Arabie Saoudite n’est pas musulmane !

Baignade-sous-haute-surveillance_article_landscape_pm_v8Bien que je ne sache pas très bien ce qu’il se passe dans cette région du monde ; hier c’était Al-Qaïda, aujourd’hui ce sont les chiites… Bref, on observe une promptitude et une violence rares de ces voyous à bombarder leurs frères musulmans yéménites ; mais pas une seule fois ils n’ont pensé à libérer Al-Qods et la Palestine de l’emprise sioniste ! Ils osent même se liguer à plusieurs pour accomplir leur ignoble forfait alors qu’à aucun moment la volonté de libérer la première qibla de l’islam ne leur a traversé l’esprit. Savez-vous seulement pourquoi ? Depuis quand cette racaille saoudienne est-elle capable de raids militaires, moi qui croyais que les princes n’étaient capables que de se vautrer dans la luxure, l’alcool et la drogue, des palaces des capitales européennes ? Lisez bien le texte sur la photo de droite ; elle évoque l’histoire du braquage visant ce prince — le fils chouchou du roi Fahd — qui n’a pas porté plainte et qui s’est envolé vers Ibiza pour certainement aller méditer dans un monastère et au calme…
Manque plus que l’entité sioniste scélérate comme alliée dans ces bombardements et je ne sais même pas si ça choquerait grand monde… On le voit bien là le visage du Nouvel Ordre Mondial, celui du sabbataïsme, au service de la venue du messie tant attendu.

Des avions arabes pilonnent Sanaa, l’Arabie saoudite veut «sécuriser» le Yémen

C’est un combat indirect entre l’Iran chiite et les Saoudiens sunnites qui est en cours au Yémen.

C’est le chaos au Yémen. Les avions de la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite ont pilonné intensément samedi les positions rebelles à Sanaa, le roi saoudien affirmant au sommet arabe que l’opération se poursuivrait jusqu’au retour de la sécurité au Yémen.

En outre, de violents combats faisaient rage entre les rebelles Houthis et des comités de défense de quartiers à Aden, la grande ville du Sud, où 54 personnes ont été tuées et près de 200 blessées en trois jours, selon le directeur du département de la Santé.

De puissantes explosions dans un dépôt de l’armée yéménite ont également été entendues dans toute la ville d’Aden, ont rapporté des témoins en faisant état de victimes. Des colonnes de fumée s’élevaient du dépôt pris d’assaut par des pilleurs depuis vendredi. Un dépôt d’armes explose au niveau du port sud d’Aden, ce samedi, pulvérisé par un raid de la coalition.

Le royaume sunnite saoudien, qui a une longue frontière avec le Yémen, commande l’intervention arabe qui vise à stopper l’offensive des Houthis liés à l’Iran et les empêcher de prendre le pouvoir dans ce pays pauvre de la péninsule arabique miné par des années d’instabilité.

Depuis septembre 2014, les Houthis se sont emparés de vastes régions dont la capitale Sanaa et avaient dans leur ligne de mire le président Abd Hadi Mansour Rabbo qui a réussi à quitter Aden où il s’était réfugié en février, pour se rendre en Egypte et participer au sommet. Il est reparti en début d’après-midi pour Ryad.

Au troisième jour de leur opération militaire au Yémen, les avions de la coalition arabe ont bombardé des positions rebelles dans et autour de Sanaa, les raids les plus intenses depuis le début des frappes jeudi, selon des témoins.

« Les vitres ont tremblé »

«C’était une nuit intense de bombardements» et les «vitres ont tremblé», a rapporté une étrangère travaillant pour une organisation humanitaire. «Des personnes veulent partir, mais il n’y a pas d’avions pour quitter le Yémen».

Selon un photographe de l’AFP, les bombardements n’ont pas cessé de toute la nuit. D’après des résidents, les frappes ont visé des sites militaires, notamment des positions de la défense anti-aérienne et des dépôts de munitions, autour de la capitale.

Publicités