Mise en examen du dessinateur Zéon : pas d’effet Charlie pour les antisionistes !

Le dessinateur Zéon a été cueilli ce mardi matin dès potron-jacquet par quatre policiers de la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP).

C’est en effet à 7 heures du matin, horaire probablement exigé par l’urgence de la situation et la dangerosité de l’individu, que ces quatre fonctionnaires de police ont réveillé le caricaturiste pour l’emmener devant le juge au Tribunal de grande instance de Paris. Une plainte semble avoir été déposée par le BNVCA (Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme), autant dire un ordre venu de très haut.

Cette plainte semble faire référence au dessin – pour lequel Zéon avait pourtant été relaxé l’année dernière par la 17ème chambre – représentant une balance et les poids déséquilibrés de plusieurs crimes historiques, mais aussi pour un autre dessin, qui n’avait pas été retenu par le procureur lors du procès, représentant un enfant palestinien poignardé par une lame en forme d’Israël.

La juge a donc mis en examen le dessinateur pour provocation à la discrimination raciale, religieuse, par parole, écrit, image ou moyen de communication par voie électronique. Zéon a refusé de répondre à ses questions. Il a été rendu libre en fin de matinée.

Petit rappel sur le BNVCA

Le Bureau national de vigilance contre le racisme et l’antisémitisme a été fondé par le commissaire de police Sammy Ghozlan en mars 2002 avec les soutiens de l’Union des patrons juifs de France et de l’Association Verbe et Lumière (émanation du centre Simon Wiesenthal).

D’après le site du BNVCA lui-même, cet organisme bénéficie d’un privilège communautaire inédit : une plainte pour « agression antisémite » déposée auprès du BNVCA serait reconnue comme une véritable « saisine judiciaire » par « les autorités judiciaires et préfectorales ».
(Pour de plus amples informations, voir la fin de notre article consacré aux « agressions antisémites ».)

Publicités