Un rabbin légendaire a prédit la fin de temps et l’apparition de l’Antéchrist pour 2017

Le problème, c’est que toutes ses autres prédictions se sont réalisées. On notera la redondance du chiffre 7 dans les dates indiquées.

Judah Ben Samuel était un rabbin allemand légendaire et prolifique du douzième siècle qui a fait des prédictions étonnantes et précises concernant l’avenir de Jérusalem et d’Israël qui se sont réalisées.
Judah Ben Samuel, également connu sous le nom de Judah he-Hassid (Judah le Pieux), a vécu et travaillé de la fin du douzième siècle jusqu’au début du treizième siècle, à Regensburg (Ratisbonne), et il a été l’auteur d’un certain nombre de livres en langue allemande
Ludwig Schneider, du magazine Israel Today, a traduit certains de ses travaux en anglais au cours de ces dernières années ; notamment : « Le Livre du Pieux – Sefer Hassidim » et le « Livre des calculs – Sefer Gematriyot ».
Suite aux croisades chrétiennes en Terre Sainte, entre 1096 et 1270, une correspondance régulière s’est développée entre les Juifs de Terre Sainte et les Chrétiens d’Occident. Ainsi, par exemple, les rabbins de Worms et de Regensburg en Allemagne savaient que les Ayyoubides de Saladin avaient gouverné la Terre Sainte depuis 1187.

À cette époque, Judah Ben Samuel publia les résultats de ses calculs bibliques (Gematria) et ses observations astrologiques qu’il résuma comme suit :

«Quand les Ottomans (Turcs) – qui étaient déjà une puissance non négligeable sur le Bosphore à l’époque de Judah Ben Samuel – conquerront Jérusalem, ils régneront sur Jérusalem pendant huit jubilés. Ensuite, Jérusalem deviendra une terre interdite pendant un jubilé, puis, pendant le neuvième jubilé, la ville sera à nouveau en possession de la nation juive, ce qui signifierait le début de la fin des temps messianiques. »
Un jubilé, c’est 50 ans (Lévitique 25). C’est la cinquantième année après sept fois sept ans, l’année où chaque personne doit reprendre possession de sa terre. Les calculs de Judah Ben Samuel étaient purement théoriques ; il n’y avait absolument aucun signe de leurs accomplissements à cette époque-là. Lui-même n’était pas en mesure de voir leurs accomplissements, parce que ce n’est que 300 ans après sa mort que la première de ses prédictions devait seulement se réaliser.
Les Mamelouks, qui ont régné sur Jérusalem depuis l’an 1250, ont été conquis en 1517 par les Turcs Ottomans. Les Ottomans y ont régné pendant huit jubilés (8 x 50 = 400 ans), ce qui veut dire qu’ils ont régné à Jérusalem pendant 400 ans. Exactement 400 ans plus tard, en 1917, les Turcs Ottomans ont été conquis par les Britanniques. La Société des Nations a confié le mandat de la Terre Sainte et de Jérusalem aux Britanniques. Ainsi, dès 1917, et en vertu du droit international, Jérusalem fut une terre interdite (no man’s land).
Puis, quand Israël s’est emparé de Jérusalem lors de la guerre des Six Jours en 1967, exactement un jubilé (50 ans) après 1917, Jérusalem est redevenue à nouveau la propriété des Juifs Israéliens. Ainsi, selon les prophéties de Judah Ben Samuel, la Fin des Temps messianiques commença.
De nombreux chercheurs ont étudié les écrits de Judah Ben Samuel et s’y sont référés pour faire l’effort de comprendre comment il avait atteint ses conclusions. Parmi ceux qui se référaient à Judah Ben Samuel, il y avait le Rabbi Isaac Ben Salomon Louria, un mystique traitant avec le monde messianique (Jérusalem, 1531-1572, Safed) ; Joseph Salomon Delmegido (1591 Candia – 1655 Prague), un mathématicien et astronome (« Mazref le-Chochma ») ; Azoulai I (1724-1806), un bibliographe célèbre ; Samuel David Luzzatto (1800-1865), un érudit de la Bible; l’historien Heinrich Graetz (1817-1891) ; et l’érudit de la Torah Jacob Epstein (1925-1993).
Le secret par lequel Judah le Pieux est arrivé à de telles prédictions si précises relève moins de calculs concrets, qu’au fait d’avoir consacré sa vie à Dieu. Ses élèves, le Rabbin Isaac ben Moïse (Vienne), le Rabbin Baruch ben Samuel (Mayence) et le Rabbin Simcha (Speyer), attestent que Judah Ben Samuel était un modèle d’abstinence, d’abnégation et qu’il attendait avec un ardent désir la venue du Messie.
Judah Ben Samuel était souvent appelé « Lumière d’Israël ». Même les évêques venaient lui demander conseil. Si quelqu’un lui demandait d’où provenait sa sagesse, il répondait :
« Le prophète Élie, qui va précéder le Messie, m’est apparu et m’a révélé beaucoup de choses et a souligné que la condition préalable pour une réponse à la prière, c’est qu’elle soit alimentée par l’enthousiasme, la joie de la grandeur et de la sainteté de Dieu. ».
Voici pour résumer ces prédictions étonnantes : en l’an 1217, ce rabbin érudit et pieux a prophétisé que les Turcs Ottomans régneraient sur la ville sainte de Jérusalem pendant huit jubilés. Maintenant, gardez à l’esprit qu’il a fait cette prédiction 300 ans avant que les Turcs Ottomans prennent le contrôle de Jérusalem en 1517. En effet, si vraiment 1217 et 1517 allaient être des années jubilaires comme le croyait Judah Ben Samuel, alors sa prophétie était tout à fait exacte, car exactement 400 ans après que les Turcs aient pris le contrôle de Jérusalem, ils furent chassés de la ville et de la terre sainte en 1917 par les forces alliées sous le commandement du général George Allenby, pendant Hanouccah d’ailleurs.
Mais, cela devient encore plus intéressant.
Le rabbin a aussi prophétisé que pendant le neuvième jubilé, Jérusalem serait une « terre interdite » (no man’s land). C’est exactement ce qui s’est passé de 1917 à 1967, en raison du fait que la Terre Sainte a été placée sous mandat britannique en 1917 par la Société des Nations et, littéralement « n’appartenait » à aucune nation.
Même après la guerre d’indépendance d’Israël en 1948-49, Jérusalem était encore divisée par une bande de terre passant pratiquement au cœur de la ville, avec la Jordanie contrôlant la partie orientale de la ville, et Israël contrôlant la partie occidentale. Cette bande de terre était considérée et même appelée « no-man land », à la fois par les Israéliens et les Jordaniens.
Il a fallu attendre la guerre des Six Jours de 1967, quand la totalité de la Cisjordanie en Terre Sainte fut conquise par l’armée israélienne, pour que la totalité de la ville de Jérusalem retourne entre les mains d’Israël. Donc, une fois de plus, une prophétie faite par un rabbin, 750 années auparavant, a été accomplie à la lettre.
Ce serait certainement significatif si les années 1917 et 1967 avaient été des années jubilaires, compte tenu de ce qui s’est passé à Jérusalem pendant ces années. Mais, ça devient même encore plus intéressant, parce que Judah Ben Samuel a aussi prophétisé que Jérusalem serait sous le contrôle des Juifs pendant le dixième jubilé et que «la fin des temps » messianique allait commencer. S’il a raison, le dixième jubilé a commencé en 1967 et s’achèvera en 2017.

Traduction : Jacq. Mengal

http://bibleenquetetemoignage.blogspot.be/

Publicités