Boycottons Intermaché pour les punir

Il est évident que la moindre des choses c’est de les boycotter, car sans nous, leur chiffre d’affaires s’écroulerait et ils seraient ainsi obligés de faire les poubelles… En solidarité avec les accusés, boycottons ces capitalistes sans cœur.

Vol de nourriture périmée à Frontignan : les prévenus coupables mais dispensés de peine

Seulement deux prévenus sur trois étaient présents dans la salle d’audience comble du tribunal correctionnel de Montpellier ce mardi. Ils espéraient la relaxe, ils sont reconnus coupables mais dispensés de peine après le vol de nourriture périmée dans les poubelles de l’Intermarché de Frontignan.Trois jeunes étaient poursuivis pour avoir volé de la nourriture périmée dans la cour intérieure d’un supermarché de Frontignan le 27 mai 2014. Mais seulement deux comparaissaient au tribunal correctionnel de Montpellier ce mardi. Léa, 24 ans, et Adrien, 26 ans encouraient jusqu’à 7 ans d’emprisonnement et 100.000 euros d’amende. Ils ont finalement été reconnus coupables et dispensés de peine. Les deux prévenus ont expliqué au tribunal que ce jour là, ils n’avaient pas grand chose pour se nourrir. Ils étaient trois, ils ont escaladé la grille du supermarché de Frontignan pour récupérer de la nourriture dans les poubelles quand la brigade anti criminalité en patrouille les arrête. Les responsables du magasin ont porté plainte sans se porter partie civile.

boycott-the-boycott-2


Une salle comble, événement rare en correctionnelle

La salle d’audience était pleine, un fait que le procureur n’a pas manqué de commenter en se permettant un jeu de mot.

Patrick Desjardins a néanmoins tenu à rappeler que la réalité de la justice française n’est pas de poursuivre les pauvres lors de ses réquisitions. Il a également ménagé tout suspense en déclarant d’emblée : « Une dispense de peine sera requise ».

Me Jean-Jacques Gandini a plaidé l’état de nécessité 

L’avocat de la défense espérait que ses clients seraient acquittés. Pour ce faire, il a plaidé l’état de nécessité. Selon l’article 122 – 7 du code pénal : « N’est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s’il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace. »

Le troisième prévenu absent de l’audience

Mike, 32 ans, celui qui risquait la peine la plus lourde ne s’est pas présenté à l’audience. Patrick Desjardins, le procureur de la République, a néanmoins fait état d’un vol de voiture en Allemagne pour cet Allemand sans profession. Le procureur a par ailleurs assuré qu’il serait également jugé. Dans sa plaidoirie, l’avocat de la défense a abordé la question de la nécessité d’une loi donnant le droit de récupérer les denrées périssables mais consommables.

Publicités