LES SECRETS DE LA RÉSERVE FÉDÉRALE

Les secrets de la Réserve Fédérale

Les secrets de la Réserve Fédérale

http://www.amazon.fr/secrets-Réserve-Fédérale-Michel-Préface/dp/2355120315

LE 30 NOVEMBRE, 2014 DANS LECTURE DU DIMANCHE PAR

Toutes les banques centrales ont le pouvoir d’émettre les devises dans leurs pays respectifs. Ainsi, les peuples ne possèdent pas leur propre monnaie en Europe, pas plus que les Américainsici. La monnaie est imprimée de manière privée pour un profit privé. Le peuple n’a aucunesouveraineté sur sa monnaie et cela a pour conséquence qu’ils n’ont aucune souveraineté sur les principales questions politiques, telle que la politique étrangère.

En tant que banque centrale d’émission, la FED a derrière elle la totalité de l’énorme richesse du peuple américain. Lorsqu’elle a démarré ses opérations en 1913, elle a créé une grave menacepour les banques centrales des pays appauvris d’Europe. Parce qu’elle représentait cette très grande richesse, elle a attiré, dans les années vingt, beaucoup plus d’or qu’il n’était souhaitable et il devint très vite visible que tout l’or du monde s’empilerait dans ce pays. Ceci ferait de l’étalon-or une farceen Europe, parce qu’il n’y aurait plus d’or pour garantir les émissions de leurs devises et de leur crédit. En 1927, le but avoué de la Réserve Fédérale, après la réunion secrète avec les chefs des banques centrales étrangères, était de faire en sorte que de grandes quantités de cet or soient renvoyées en Europe. Ses méthodes pour y parvenir : un taux d’intérêt très bas et des achats massifs de bons du Trésor des Etats-Unis, qui créèrent des quantités énormes de nouvelle monnaie, intensifiant ainsi la spéculation boursière et faisant du krach boursier et de la dépression qui en résulta undésastre national.

Etant donné que la Fed était coupable d’avoir provoqué ce désastre, on aurait pu supposer que ses gouverneurs auraient essayé de l’atténuer. Cependant, tout au long des années noires de 1931 et 1932, ceux-ci virent s’aggraver la détresse des Américains et ils ne firent rien pour les aider. C’étaitplus criminel que le complot original de la Dépression. Quiconque a vécu durant ces années-là aux Etats-Unis, se souvient du chômage de masse, de la misère et du peuple américain crevant de faim. A tout moment, le Board des gouverneurs aurait pu agir pour remédier à cette situation.

Il aurait suffi de remettre un peu d’argent en circulation.

De telles sommes, destinées normalement à payer les loyers et les factures alimentaires, avaient été inspirées par Wall Street et il n’y avait plus d’argent pour faire face aux dépenses de première nécessité. Dans de nombreuses régions, les gens imprimaient leur propre monnaie sur des feuilles de bois ou de papier qu’ils utilisaient dans leurs communautés ; et cet argent était valable, puisqu’il représentait des obligations réciproques que les gens remplissaient.

La FED était une banque centrale d’émission. Elle avait le pouvoir d’émettre des millions de dollars et elle le faisait lorsque cela convenait à ses propriétaires

L’argent des banques de la Réserve Fédérale est  donc de l’argent quelles ont créé. Lorsqu’elles achètent des titres d’Etat, elles créent des réserves. Elles payent des titres d’Etat en se faisant deschèques à elles-mêmes et ces chèques arrivent dans les banques de la Réserve Fédérale et, ensuite,l’argent qui n’existait pas auparavant existe.

Voici une explication sur la manière dont les banques de la Réserve fédérale ont accru leurs actifs, les faisant passer de 143 millions à 45 milliards de dollars en trente-cinq ans. Elles n’ont rien produit – elles étaient des entreprises non-productives – et elles ont pourtant réalisé cet énormeprofit, simplement par la création monétaire, dont 95% sous forme de crédit, qui n’a rien ajouté à l’argent en circulation. Cet argent n’a pas été distribué aux gens sous forme de salaire et il n’a pas non plus accru le pouvoir d’achat des fermiers et des travailleurs. C’était de l’argent scriptural créé par les banquiers pour l’usage et le profit des banquiers, qui ont accru leur richesse de plus de quarante milliards de dollars en quelques années parce qu’ils avaient obtenu le contrôle du crédit de l’Etat en 1913, en faisant voter le Federal reserve Act.

En remettant ainsi le crédit de l’Etat à des banquiers privés, ceux-ci avaient reçu des possibilités illimitées de créer de la monnaie. Le Système de la Réserve fédérale pouvait aussi détruire la monnaie en grandes quantités par l’intermédiaire des opérations sur le marché ouvert.

Retirer de l’argent de la circulation ou le détruire donne au banquier un contrôle immédiat et illimité sur la situation financière, puisqu’il est le seul à avoir de l’argent et le seul à avoir le pouvoir d’en créer en période de pénurie monétaire. Les pénuries monétaires de 1873, de 1893, de 1920-1921 et de 1929-1931 avaient été caractérisées par un retrait del’argent fiduciaire (papier monnaie, billets de banque). En termes économiques, cela ne semble pas être une chose si terrible, mais lorsque cela signifie qu’un employeur doit dégraisser les trois-quarts de son personnel parce qu’il ne peut emprunter l’argent pour les payer, la culpabilité énorme qui pèse sur les banquiers, et le lourd passé de souffrance et de misère dont ils sont responsables, suggéreraient qu’aucune sentence ne puisse être trop sévère pour condamner les crimes qu’ils ont commis contre leurs semblables.

Le 30 septembre 1940, le gouverneur Eccles déclara : « s’il n’y avait pas de dettes dans notre système monétaire, il n’y aurait pas d’argent. »

C’est une déclaration correcte sur notre système monétaire. Au lieu que l’argent soit créé par la production du peuple – la croissance annuelle des biens et de services – il est créé par les banquiers à partir des dettes des gens. Parce que ce système monétaire est inapproprié, il est sujet à de grandes fluctuations et il est donc fondamentalement instable. Ces fluctuations sont également la source d’un énorme profit. C’est pour cette raison que le Board de la Réserve Fédérale s’est constamment opposé à toute législation qui tenterait de stabiliser le système monétaire. »

                             Eustace Mullins (Les secrets de la Réserve Fédérale)

Publicités