Wall Street au secours de la BCE

Pour son programme d’achat de titres adossés à des actifs (Asset Backed Securities, ABS), officialisé le 4 septembre dernier par Mario Draghi, la Banque centrale européenne (BCE) a fait appel au géant de Wall Street BlackRock.

Dans le but de soutenir le marché du crédit, la Banque centrale européenne s’apprête donc à lancer un programme de rachat aux banques d’une partie de leurs crédits aux ménages et aux entreprises, via un nouveau type d’actifs. Ainsi la BCE «  va acheter un large portefeuille de titres adossés à des titres de créances (ABS)  » comme l’a confirmé le président de la BCE Mario Draghi. Pour se faire, la BCE a fait appel à la filiale conseil de BlackRock, comme l’annonçait le Financial Times, le 28 août dernier.

Leader mondial de la gestion d’actifs, BlackRock est un mastodonte de la finance, présent dans tous les marchés (actions, obligations, matières premières…). Son PDG, Larry Fink, est une des personnalités les plus influentes de Wall Street : « En tant que président et chef de la direction de BlackRock Inc., Larry Fink contrôle plus d’argent que le Produit intérieur Brut de l’Allemagne » (Bloomberg, 9 décembre 2010), soit quelques 4 000 milliards de dollars.

On compte notamment parmi les actionnaires de BlackRock Élisabeth II, la familleRothschild, Warren Buffet, Al Gore ou encore George Soros.

Source

A lire aussi :

Super Mario Draghi 2.0 pour les banquiers

Publicités