Pierre Moscovici : « Jacques Sapir est d’extrême droite »

Les temps sont malsains. À force de prétendre que nous sommes dans une situation comparable aux funestes « années 1930 », certains journalistes et hommes politiques sont en train de créer une atmosphère particulièrement délétère.

Les insinuations, les amalgames et les mensonges tiennent lieu aujourd’hui d’arguments. On a franchi un nouveau cap avec l’article du sieur Colombani dans Direct Matin et avec les accusations proférées à mon endroit par Pierre Moscovici, ministre de l’Économie et des finances. Les deux m’apparaissent liés. On en voit l’origine : la volonté d’un pouvoir aux abois et d’une élite discréditée de sauver l’Euro à tout prix en qualifiant les adversaires de la monnaie unique d’extrémistes. C’est en soi un acte de déni de la démocratie. […]

Une saloperie écrite

Commençons par le sieur Colombani, ci-devant ancien directeur du Monde, directeur de Slate.fr, et qui devrait savoir, pourtant, que les mots ont un sens. Il écrit donc, dans le journal gratuit Direct Matin du lundi 3 février [1] :

« Une France du rejet de l’autre – aussi bien l’immigré que l’Européen, l’Arabe ou le juif – est en train de s’affirmer. C’est la France du repli identitaire et du refus de l’euro. » […]

smiley drole sort

Une saloperie ministérielle

Il se fait, par le plus grand des hasards, qu’il y eut ce même lundi 3 février débat sur France 2 entre Pierre Moscovici et Marine Le Pen. Or, à cette occasion, Pierre Moscovici a dit que j’étais un économiste d’extrême droite.

http://www.dailymotion.com/video/x1b5qyt_pierre-moscovici-jacques-sapir-est-d-extreme-droite_news

Notons, tout d’abord, que la formule n’a pas de sens. Un économiste peut être classé parmi les différentes écoles de la pensée économique. On peut dire qu’il est « néo-classique », « hayekien », « keynésien », « néo-keynésien », « post-keynésien », « monétariste », « marxiste » ou, en France en particulier, « régulationniste », et j’en oublie certainement. Il s’agit de qualifier l’origine de sa pensée, en se référant aux textes qu’il utilise et qu’il produit. Mais, parler d’un économiste d’extrême droite ou d’extrême gauche n’a tout simplement pas de sens. C’est confondre la position du citoyen avec celle de l’économiste. On ne peut qualifier quelqu’un qu’en référence à ses propos, à l’oral ou à l’écrit. Or, je mets au défi Moscovici et consorts de trouver dans mes écrits et mes paroles quoi que ce soit qui fasse l’apologie d’idées d’extrême droite. Et, de plus, je le renvoie à la brève note que j’ai publiée sur ce sujet [2].

Cela, Moscovici le sait pertinemment. Avant que d’être un déplorable ministre des Finances [3], il fut avant tout le fils de Serge Moscovici, qui fut un collègue à la FMSH, et l’introducteur en France de la psychologie sociale. J’ai donc vu un certain nombre de fois Pierre Moscovici rendant visite à son père. Il sait parfaitement ce que je pense. Il a donc menti en pleine connaissance de cause. Il faut alors se demander pourquoi. […]

Une origine présidentielle

Mais, qu’il s’agisse de Colombani ou de Moscovici, il est clair que l’on n’a pas affaire à des dérapages individuels. Ces attaques sont trop coordonnées, et elles reprennent les mêmes thèmes, ce que les « communicants » appellent des « élément de langage ». C’est une « ligne » qui est désormais appliquée, de la même manière que dans l’URSS stalinienne d’antan il fallait, dès que le Bureau politique avait émis une condamnation, la transcrire en attaques où l’odieux le dispute à l’ignoble, quand elles ne tombaient pas dans le ridicule.

Nous n’avons pas de Bureau politique en France, mais nous avons un Président. Et c’est de lui que provient cette ligne, à n’en pas douter. Son affirmation violente, presque désespérée, que l’Euro c’est l’Europe n’en laisse pas douter. Que l’on regarde les mots choisis [4] :

« Je ne laisserai pas faire, au cours des prochains mois, ceux qui veulent en terminer avec l’idée européenne. Pas seulement en France, il y en a d’autres, parfois même aux gouvernements. Je ne laisserai pas faire ceux qui veulent en terminer avec l’idée européenne ou ceux qui veulent briser l’acquis communautaire, c’est-à-dire tout ce qui a été fait depuis des générations et des générations. Je ne laisserai pas non plus faire ceux qui veulent sortir de l’euro, qui pensent ainsi sauver la Nation alors qu’ils la mettent en péril. Parce que notre avenir, c’est dans l’Europe… »

Lire l’intégralité de l’article sur russeurope.hypotheses.org

Sur Moscovici :

CQFD , et si Jacques Sapir est d’extrême droite alors que dire de ce tartuffe socioniste dans ce cas là qui acquiesce sans sourcilier l’extrême droite au pouvoir depuis 1977 en Israel ?? quelle farce vraiment ….

Publicités